Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 18:52
http://www.sudouest.fr/2011/10/27/un-grand-bol-d-air-frais-pour-les-personnes-agees-537542-1980.php

Jeudi 27 octobre 2011 à 06h00
Par thierry dumas

Un grand bol d'air frais pour les personnes âgées

Patricia Margot, auxiliaire de vie, va transformer son gîte pour prendre soin des seniors.

 Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer

Cela devient déjà plus concret. Le 23 septembre, Patricia Margot (42 ans) et sa fille Camille (19) s'étaient rendues à la Maison de l'emploi pour rencontrer plusieurs intervenants sociaux lors d'un forum relatif à la création d'entreprise. Un mois plus tard, mardi, sur leur propriété perchée route de Sainte-Nathélène, le stade du conseil et des interrogations était largement digéré : « Je suis allée à Périgueux au Conseil général vendredi pour déposer mon dossier de demande d'agrément, commence la mère. Je devrais l'avoir dans quatre mois. »

Il s'agit de l'agrément famille d'accueil, même si le projet innovant dont il est question dépasse ce simple cadre. « J'ai un gîte ici depuis cinq ans, mais je veux me spécialiser dans l'accueil des personnes âgées. Le but, c'est de faire de cet endroit, qu'on appellera "Les Boutons d'Or", un lieu de vie pour les seniors, où les personnes qui s'en occupent habituellement pourraient les laisser le temps d'un week-end ou d'une semaine pour partir en vacances et souffler un peu, sans culpabiliser. Quant aux résidents, on s'engage à prendre soin d'eux, et ça leur fait aussi une sortie, chose qu'on ne fait plus beaucoup passé un certain âge où l'on reste souvent cloisonné chez soi. Et ensuite, les deux parties se retrouvent après avoir pris l'air et soin d'elles. »


« Une vraie demande »

Patricia connaît le sujet. Après avoir fait le tour du secteur agroalimentaire (« j'y suis restée dix-sept années »), elle est devenue auxiliaire de vie à domicile. « J'ai toujours été sensible à la problématique des personnes âgées, qui ont beaucoup à nous apporter. Le fait d'avoir très peu côtoyé mes grands-parents joue peut-être aussi dans ma démarche », réfléchit-elle.

« Je me lance aussi là-dedans car je vois sur le terrain que ça correspond à une vraie demande. Ici, on pourrait accueillir trois personnes à la fois, j'ai donc besoin de trois agréments que j'obtiendrai dans des délais plus courts que la normale grâce à mon activité professionnelle. »

Et parce que, tout simplement, cette alternative temporaire aux maisons de retraite n'existe pas. « On serait un lieu de transition, où on s'occupe de tout, de la toilette puisque c'est mon métier, mais aussi du transport. Si besoin, ma fille qui m'aidera à mi-temps ira chercher les personnes. L'objectif, c'est de leur faciliter la vie, et les vacances. »

Patricia propose également de donner des cours de sophrologie (« ça peut aider certains à se relâcher »), et de cuisiner de bons petits plats avec des produits locaux, bio de préférence. « Je m'attacherai, malgré parfois certains régimes alimentaires stricts, à leur faire redécouvrir des saveurs. »

Elle donnerait presque envie de vieillir. À moins que le prix… « Non, je n'ai rien fixé encore, mais ce n'est pas le but de mon action. Je veux en faire profiter le plus grand monde, car il y a des besoins. Le maximum, ce sera trois semaines. De plus, grâce aux agréments, les personnes pourront bénéficier de l'APA, l'allocation personnalisée d'autonomie. » À moyen ou long terme, Patricia envisage de faire construire un lieu de vie plus grand, pour une dizaine de personnes. Elle n'a pas donc fini de prendre soin de nos anciens.

Renseignements au 05 53 30 21 80.

Sarlat-la-Canéda · Périgueux · Dordogne

Un grand bol d'air frais pour les personnes âgées

Patricia Margot, auxiliaire de vie, va transformer son gîte pour prendre soin des seniors.

 Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer

Cela devient déjà plus concret. Le 23 septembre, Patricia Margot (42 ans) et sa fille Camille (19) s'étaient rendues à la Maison de l'emploi pour rencontrer plusieurs intervenants sociaux lors d'un forum relatif à la création d'entreprise. Un mois plus tard, mardi, sur leur propriété perchée route de Sainte-Nathélène, le stade du conseil et des interrogations était largement digéré : « Je suis allée à Périgueux au Conseil général vendredi pour déposer mon dossier de demande d'agrément, commence la mère. Je devrais l'avoir dans quatre mois. »

Il s'agit de l'agrément famille d'accueil, même si le projet innovant dont il est question dépasse ce simple cadre. « J'ai un gîte ici depuis cinq ans, mais je veux me spécialiser dans l'accueil des personnes âgées. Le but, c'est de faire de cet endroit, qu'on appellera "Les Boutons d'Or", un lieu de vie pour les seniors, où les personnes qui s'en occupent habituellement pourraient les laisser le temps d'un week-end ou d'une semaine pour partir en vacances et souffler un peu, sans culpabiliser. Quant aux résidents, on s'engage à prendre soin d'eux, et ça leur fait aussi une sortie, chose qu'on ne fait plus beaucoup passé un certain âge où l'on reste souvent cloisonné chez soi. Et ensuite, les deux parties se retrouvent après avoir pris l'air et soin d'elles. »


« Une vraie demande »

Patricia connaît le sujet. Après avoir fait le tour du secteur agroalimentaire (« j'y suis restée dix-sept années »), elle est devenue auxiliaire de vie à domicile. « J'ai toujours été sensible à la problématique des personnes âgées, qui ont beaucoup à nous apporter. Le fait d'avoir très peu côtoyé mes grands-parents joue peut-être aussi dans ma démarche », réfléchit-elle.

« Je me lance aussi là-dedans car je vois sur le terrain que ça correspond à une vraie demande. Ici, on pourrait accueillir trois personnes à la fois, j'ai donc besoin de trois agréments que j'obtiendrai dans des délais plus courts que la normale grâce à mon activité professionnelle. »

Et parce que, tout simplement, cette alternative temporaire aux maisons de retraite n'existe pas. « On serait un lieu de transition, où on s'occupe de tout, de la toilette puisque c'est mon métier, mais aussi du transport. Si besoin, ma fille qui m'aidera à mi-temps ira chercher les personnes. L'objectif, c'est de leur faciliter la vie, et les vacances. »

Patricia propose également de donner des cours de sophrologie (« ça peut aider certains à se relâcher »), et de cuisiner de bons petits plats avec des produits locaux, bio de préférence. « Je m'attacherai, malgré parfois certains régimes alimentaires stricts, à leur faire redécouvrir des saveurs. »

Elle donnerait presque envie de vieillir. À moins que le prix… « Non, je n'ai rien fixé encore, mais ce n'est pas le but de mon action. Je veux en faire profiter le plus grand monde, car il y a des besoins. Le maximum, ce sera trois semaines. De plus, grâce aux agréments, les personnes pourront bénéficier de l'APA, l'allocation personnalisée d'autonomie. » À moyen ou long terme, Patricia envisage de faire construire un lieu de vie plus grand, pour une dizaine de personnes. Elle n'a pas donc fini de prendre soin de nos anciens.

Renseignements au 05 53 30 21 80.

Un grand bol d'air frais pour les personnes âgées

Patricia Margot, auxiliaire de vie, va transformer son gîte pour prendre soin des seniors.

 Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Patricia Margot et sa fille Camille pourront ouvrir leur lieu de vie dans quatre mois. photo T. D.

Partager







 
Envoyer à un ami
 
Imprimer

Cela devient déjà plus concret. Le 23 septembre, Patricia Margot (42 ans) et sa fille Camille (19) s'étaient rendues à la Maison de l'emploi pour rencontrer plusieurs intervenants sociaux lors d'un forum relatif à la création d'entreprise. Un mois plus tard, mardi, sur leur propriété perchée route de Sainte-Nathélène, le stade du conseil et des interrogations était largement digéré : « Je suis allée à Périgueux au Conseil général vendredi pour déposer mon dossier de demande d'agrément, commence la mère. Je devrais l'avoir dans quatre mois. »

Il s'agit de l'agrément famille d'accueil, même si le projet innovant dont il est question dépasse ce simple cadre. « J'ai un gîte ici depuis cinq ans, mais je veux me spécialiser dans l'accueil des personnes âgées. Le but, c'est de faire de cet endroit, qu'on appellera "Les Boutons d'Or", un lieu de vie pour les seniors, où les personnes qui s'en occupent habituellement pourraient les laisser le temps d'un week-end ou d'une semaine pour partir en vacances et souffler un peu, sans culpabiliser. Quant aux résidents, on s'engage à prendre soin d'eux, et ça leur fait aussi une sortie, chose qu'on ne fait plus

beaucoup passé un certain âge où l'on reste souvent cloisonné chez soi. Et ensuite, les deux parties se retrouvent après avoir pris l'air et soin d'elles. »


« Une vraie demande »

Patricia connaît le sujet. Après avoir fait le tour du secteur agroalimentaire (« j'y suis restée dix-sept années »), elle est devenue auxiliaire de vie à domicile. « J'ai toujours été sensible à la problématique des personnes âgées, qui ont beaucoup à nous apporter. Le fait d'avoir très peu côtoyé mes grands-parents joue peut-être aussi dans ma démarche », réfléchit-elle.

« Je me lance aussi là-dedans car je vois sur le terrain que ça correspond à une vraie demande. Ici, on pourrait accueillir trois personnes à la fois, j'ai donc besoin de trois agréments que j'obtiendrai dans des délais plus courts que la normale grâce à mon activité professionnelle. »

Et parce que, tout simplement, cette alternative temporaire aux maisons de retraite n'existe pas. « On serait un lieu de transition, où on s'occupe de tout, de la toilette puisque c'est mon métier, mais aussi du transport. Si besoin, ma fille qui m'aidera à mi-temps ira chercher les personnes. L'objectif, c'est de leur faciliter la vie, et les vacances. »

Patricia propose également de donner des cours de sophrologie (« ça peut aider certains à se relâcher »), et de cuisiner de bons petits plats avec des produits locaux, bio de préférence. « Je m'attacherai, malgré parfois certains régimes alimentaires stricts, à leur faire redécouvrir des saveurs. »

Elle donnerait presque envie de vieillir. À moins que le prix… « Non, je n'ai rien fixé encore, mais ce n'est pas le but de mon action. Je veux en faire profiter le plus grand monde, car il y a des besoins. Le maximum, ce sera trois semaines. De plus, grâce aux agréments, les personnes pourront bénéficier de l'APA, l'allocation personnalisée d'autonomie. » À moyen ou long terme, Patricia envisage de faire construire un lieu de vie plus grand, pour une dizaine de personnes. Elle n'a pas donc fini de prendre soin de nos anciens.

Renseignements au 05 53 30 21 80.

Sarlat-la-Canéda · Périgueux · Dordogne
Sarlat-la-Canéda · Périgueux · Dordogne http://www.sudouest.fr/2011/10/27/un-grand-bol-d-air-frais-pour-les-personnes-agees-537542-1980.php

Partager cet article

Repost 0
Published by hercouet - dans Vacances
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : gite56
  • gite56
  • : Un GITE en Morbihan 56 Hébergement des Familles et des Groupes Randonnée à Pieds; en Vélo; VTT; FTT; Joëlette... Accueil des PMR; Rando et Loisirs Adaptés
  • Contact

Recherche